Actualité
   

GOD BLESS AMERICA ... ALLAH AKBAR !


     L'histoire se répète, bégaye parfois, mais continue toujours.

     Les croisades des siècles passés n'ont jamais mis fin à l'antagonisme fondamental entre le monde "chrétien" et le monde "musulman", chacun voulant, à sa manière "conquérir le monde" entier. Lorsque cet antagonisme devient irréductible, la seule solution consiste à éliminer physiquement l'adversaire ou à le soumettre entièrement.

     Il faut tuer "l'infidèle" ; slogan brandi de part et d'autre.

     Tous les grands conquérants qui se sont essayés au cours de l'histoire à dominer le monde selon leurs conceptions n'ont jamais fait autre chose que commettre des massacres inutiles de millions de victimes innocentes et leurs rêves hégémoniques puérils se sont toujours écroulés dans de nouveaux massacres.

     La mémoire des morts finit toujours par provoquer l'insoumission chez les soumis.

     On aura beau évoquer des causes économiques (et elles sont indéniables, mais ne constituent pas nécessairement la cause première) ; le fait reste, inébranlable : on a bien affaire à un bloc "occidental judéo-chrétien" opposé à un bloc "islamique fondamentaliste".

     Mais ni le christianisme, ni l'islam même ne peuvent valablement renier leurs origines judaïques, le "plus" étant apporté par l'affirmation d'une vie après la mort.

     Les deux religions ont en commun l'exaltation du martyr : la vie d'un homme ne vaut que par la manière dont il meurt - religions de sacrifice, de mort (celle, exemplaire, du Jésus des chrétiens est d'ailleurs fondatrice).

     L'athée pense qu'il vaudrait mieux pour tout le monde de se rendre compte qu'il y a surtout une vie avant la mort, ce que les croyants, persuadés de l'existence de leurs paradis respectifs, semblent perdre de vue.

     Nous devrions être honteux de promouvoir, de subventionner, de soutenir ou de laisser se développer l'enseignement de croyances aussi suicidaires et criminogènes.

     Au fil du temps, les "bons" croyants finissent toujours par être ceux qui n'appliquent pas les préceptes de leurs antiques livres sacrés, pourtant incontournables et fondements de leur foi, ils n'en retiennent que ce qui leur semble bon et l'interprètent suivant les circonstances.

     Hérétiques à temps plein, les chrétiens de nos pays devraient bénir tous les jours les opposants à leur foi, leurs contradicteurs qui, parfois au prix de leur vie, ont réussi à faire passer de mode la condamnation au bûcher comme acte de pure charité chrétienne.

     Nous pensons de même que les "bons" musulmans sont ceux qui ne lisent pas bien le coran... Ceux que nous qualifions ainsi seraient condamnés à la peine capitale dans les pays islamiques.

     Dans cette optique, les déclarations de Bush (l'islam est porteur de paix) ou de Tony Blair (accuser l'islam serait aussi ridicule que d'accuser le christianisme...) sont aussi dénuées de sens l'une que l'autre : l'islam aussi bien que le christianisme, même dilué et déliquescent, sont aussi coupables l'un que l'autre : réussir à faire croire, dès l'enfance, que mourir (et tuer) pour défendre les valeurs de sa foi (que nous ne devons qu'à notre éducation) assure une place de choix au paradis est sans contestation possible une incitation au suicide et au meurtre - délit majeur pourtant sanctionné par les codes pénaux de la plupart des pays qui se prétendent civilisés.

     Toute conviction irraisonnée, toute religion totalitaire imposant sa propre vision absurde d'un monde au-delà du monde, d'une vie après la mort ne peut enfanter que le meurtre, la guerre et le néant qu'elle divinise.

     Pour assurer son hégémonie économique et culturelle, "l'occident chrétien" s'est rendu coupable d'avoir imposé la pauvreté aux peuples dont il tire ses richesses. Il a cru aussi, bêtise impardonnable, qu'il suffisait d'arroser de pétro-dollars les maîtres mis en place pour maintenir cet état de choses. Il est simplement redevenu l'ennemi héréditaire du temps des croisades : en ce qui concerne les mécréants (ou les infidèles, ou les incroyants), le bon musulman se réfère à son livre sacré (en vente dans toutes les bonnes librairies) : "tuez-les partout où vous les trouverez".

     Face à de tels préceptes, la "charité chrétienne", toute de spiritualité, n'a eu que peu d'effet, directement concurrencée par ces mêmes pétro-dollars mis au service d'organisations islamiques, capables d'aider leurs fidèles d'une manière bien plus concrète.

     L'attentat terroriste commis aux USA est l'inévitable résultat de la rencontre d'une politique d'hégémonie désastreuse et brutale, toute imbue de ses "valeurs chrétiennes" et de la dernière née des religions monothéistes, la plus fanatique et la plus aberrante que l'on ait connue.

     L'acte est de pure provocation ; l'objectif n'a pas été d'atteindre l'Amérique dans son potentiel militaire ou économique. Il n'a pu être commis qu'au moyen de multiples complicités.

     Pour les victimes innocentes, acteurs inconscients d'un drame dont ils ne connaissaient pas le scénario, le mot compassion est trop faible et pour nous athées, les prières ne réconfortent que les croyants vivants.

     Le sacrifice aux dieux de la guerre a eu lieu. Le massacre peut commencer.

     L'athée ne peut que condamner l'endoctrinement religieux, quel qu'il soit.

     Source de division et de haine entre les peuples, catalyseur de boucheries inhumaines, il ne sert que des intérêts beaucoup plus matériels, qui n'ont rien de religieux, et dont généralement les victimes ne profitent pas.

     Quelques références extraites du Coran (Club français du livre 1959, Bibliothèque de la Pléaïde - trad. D. Masson) :
     Sourate IV verset 89 ; Sourate verset 5 ; Sourate 51 verset 10 ; Sourate 47 versets 4-7.

     Johannès Robyn 18 09 2001



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001