La chronique
   
BONNETEAU RELIGIEUX

Connaissez-vous le jeu du bonneteau ?

il s'agit d'un soi-disant “jeu” d'argent où l'on doit trouver “la blanche” ou “la noire” ... Le meneur du jeu baragouine des questions, des conseils confus, contradictoires et change à tout moment les règles du jeu sous prétexte de les expliquer au chaland qui “n'a pas compris”.

On en est à ce niveau dans la république française “laïque” qui vise à faire enseigner les religions et pas n'importe lesquelles par l'enseignement public: mais les religions “du livre”, qui sont si amies n'est-ce pas et tellement animées de sentiments pacifiques réciproques (cf Irlande, Palestine, ex-Yougoslavie, Algérie, Pakistan, Indonésie, Philippines).

Quelques titres de la presse vendredi 15/3/02 suite à des déclarations du ministre Jack Lang:

- L'école enseigne les religions sans les prêcher (Libération p. 24)

- L'école rattrapée par la religion (quotidien gratuit 20 minutes p. 9)

- Bon accueil pour la religion à l'école (quotidien gratuit Metro p. 2)

- L'école fait une place aux religions (Le Parisien p. 11)


Quel fatras. Des différents journaux consultés il ressort une extraordinaire impression de confusion du vocabulaire. Chaque titre essaie de synthétiser et de donner une interprétation des décisions annoncées. Chaque journaliste y met son grain de sel.

En fait peu importe ce qui a été dit à la source, mais l'impression d'ensemble et la convergence vers ce qui est bel et bien un enseignement des religions à l'école publique. La meilleure formule étant sans doute celle du sous-titre du ”Parisien”: “il faut un minimum de culture religieuse, l'apprentissage des fondements du christianisme, de l'islam et du judaïsme. Enseignement qui devra coûter du temps et des efforts nécessairement pris aux autres disciplines. Ne se rapproche-t-on pas des USA où l'enseignement dans de nombreux états met les conceptions religieuses “à côté” des sciences? Et la FCPE et le C.N.A.L. qui se félicitent.

La consultation “objective” des nouveaux programmes de 2002 se résume à ceci:
Les “grandes civilisations” de l'Antiquité seront étudiées au collège, mais dès le cycle III de l'école primaire on mentionne trois points forts (sic) :
- la diversité des populations premières sur le “territoire français” (anachronisme ?!)
- romanisation de la Gaule et
- "de plusieurs dieux à un seul Dieu : la christianisation du monde gallo-romain.”
Horaires et programmes d'enseignement de l'école primaire BOEN n01 hors-série 14/02'2002 p.79

La montagne accouche de la souris du monothéisme d'ailleurs seulement chrétien ! Et hors des “grandes civilisations” qui en sont le contexte : ça s'appelle le catéchisme.

Quant à l'argument rabâché selon lequel on ne peut comprendre “le 11 septembre 2001”, ni “Mozart” ni “Don Juan” pêle-mêle si on n'est pas frotté de religion, il me paraît d'une mauvaise “foi” assez singulière. Pourquoi ne pas dire qu'on ne peut comprendre le moindre événement sans comprendre tous les autres ? Et pourquoi telle béquille “céleste” plutôt qu'une autre? Le pape comprend-il mieux que moi “le 11 septembre” ou “Mozart”? Les religions sont plus des obstacles à la compréhension et quelle aide attendre de leur “obscure clarté”? Et quelle promotion de leur intelligibilité est-on en train de comploter?

A noter dans tout cela le rôle appuyé de l'éminence grise Régis Debray, dont le penchant religieux se révèle chaque jour davantage. Titre du “Monde” du 15 mars 2002: “Régis Debray propose à Jack Lang de “dépassionner” l'enseignement du fait religieux” (p. 14).
“Le temps paraît maintenant venu du passage d'une laïcité d'incompétence (le religieux, par définition, ne nous regarde pas) à une laïcité d'intelligence (il est de notre devoir de le comprendre)". "Après “Dieu, un itinéraire'~ précédent ouvrage de M. Debray, les éditions Odile Jacob annoncent que son rapport sera en vente à partir du 16 avril en librairie” précise “Le Monde”.


Plus prosaïquement il est vrai que, dès son “Introduction à la mediologie” (2000), le bon père exaltait les qualités médiatiques de l'église catholique, dont il apprécie l'efficacité du fonctionnement publicitaire, rejointe sur ce plan par le marxisme et le sionisme. Il s'agit d'un livre de la collection “Premier Cycle” des P.U.F., soit le catéchisme pour l'enseignement supérieur.


Que l'église fut une multinationale séculaire aux méthodes publicitaires bien rodées, on le savait déjà ... Mais ce sont Debray et Lang qui manquent singulièrement de “culture” pour affecter de croire (et peut-être le croient-ils réellement) que le fait religieux (comme la sexualité) peut être exonéré du sentiment tragique de la vie.



Claude Champon et Tribune des Athées 18/3/2002



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001