La chronique
   
“L'HOMME QUI PLAIDE CONTRE DIEU”


Michael Newdow décida d'intenter une action en justice au motif que sa fille, âgée de 8 ans, était obligée chaque matin, à l'école PUBLIQUE, lorsqu'elle récitait son “Pledge of Allegiance”, sorte de serment civique, de faire une claire référence à Dieu, cela en dépit des principes constitutionnels consacrant la séparation des intérêts de l'Eglise et de l'Etat : “Je suis fidèle à mon drapeau et à la République qu'il représente, une nation respectueuse de Dieu (mot à mot « sous Dieu »), unie, avec pour tous, la liberté et la justice.”

Le 26 juin 2002 les juges du “9° circuit”, cour qui regroupe les neuf principaux Etats de l'ouest, ont accédé à la requête et déclaré inconstitutionnelle cette allusion religieuse dans les classes de l'école publique.

Prenant prétexte des attentats du 11/9/2001, commis pourtant au nom de Dieu (le même disent les uns ; justement pas, rétorquent les autres), toutes les forces conservatrices ont condamné Newdow. 88% des Américains sondés ont déclaré vouloir garder la référence à Dieu dans le serment. Le président Bush a trouvé le jugement “ridicule” et ajouté que “la Déclaration d'Indépendance se référait à Dieu à quatre reprises”. (1) Un nombre impressionnant de personnalités ont rappelé que les Etats-Unis étaient une “nation under God”, charmante expression ... comme le veau sous la mère.

On a trouvé depuis que cette référence à Dieu n'existait pas dans le texte original du “Pledge of Allegiance, écrit par Francis Bellamy en 1892. Ce n'est qu'en 1954, sous l'influence du maccarthysme, qu'on rajouta les mots “under God” pour bien se démarquer des communistes-sans-dieu.

Ses voisins ne lui parlent plus ; par contre il reçoit par téléphone des insultes et menaces de mort. Sur 534 membres du Congrès et du Sénat, 531 ont condamné son action et 3 seulement se sont abstenus. Son ex-femme, militante de la droite chrétienne, affirme que leur fille, confiée à sa garde, se désolidarise des actions de son père et se réjouit de réciter le “Pledge”.

Pendant ce temps, Newdow, attend le verdict final de la Cour suprême. Il prépare aussi son prochain combat : s'attaquer à la formule “In God we trust” imprimée sur chaque billet de banque américain et qu'il juge également anticonstitutionnelle, pour les mêmes motifs.


1) Dans la traduction de Thomas Jefferson, père fondateur et francophone des USA, on trouve “Dieu de la nature”, “Créateur”, “Juge suprême» et “divine Providence”, cela fait bien quatre, mais quatre quoi ?
Si je parle dans un même texte de torchon, serviette, drapeau et essuie-mains, dois-je en conclure qu'il existe un seul concept de bout-de-tissu-utilitaire ? et qu'est-ce que ça apporte ?


Claude Champon et Tribune des Athées 26/9/2002



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001