La chronique
   
LES VISITEUSES


Le Dieu suprême est absent, mort, disparu - il n'est que de regret. A-t-il seulement jamais existé ? Pleurons sur Lui et sur nous.

Reste à l'évoquer la Déesse chaste, la déesse 'Tell" ("telle" que l'Epoux), la Bienheureuse. Sa statue occupe le Temple à trois étages : celle d'une femme grande, charnue, avenante, son teint, pâli dans l'obscurité de l'édifice toujours clos, luisant comme sous un vernis gras. Une mince garniture de cheveux follets frisés entoure son front et lui donne un aspect juvénile qui jure avec la maturité de ses formes.
La Déesse - gloire à elle - est régulièrement sortie pour être conduite au bord de l'eau. Les desservantes du culte égaient la divine Mère et l'embrassent comme la Très Bonne, Pleine de Mansuétude et de Complaisance.

Le Temple sous une petite lanterne éternellement allumée s'ouvre en bas par la salle des deux prêtresses subalternes, Coco et Bal la boiteuse, et du serviteur herculéen au front bovin, Fred. Les adorateurs privilégiés ont accès à un pronaos plus relevé, le sanctuaire du Dieu disparu, qui conduit à l'étage affecté aux trois prêtresses supérieures, Fer, Raf et Rosa
Les fidèles se pressent, surtout le soir, dans le Temple et y laissent toutes sortes d'offrandes en liquides dans une oblation infinie à la Déesse et à ses suivantes, mais ce ne sont que des humains humiliés.

Le Mystère de la fermeture du Temple plongea un jour tout le monde dans le désarroi. La Déesse, Celle qui doit être obéie, et ses suivantes avaient pris le chemin d'un pèlerinage inhabituel. Les épreuves ne leur furent pas épargnées sur la route ni au cours du séjour. Pendant trois jours les déités avaient été invitées par le Dieu, frère de la Déesse Tel, que son Nom soit béni.
Il y eut les offenses du chemin, des rencontres, les secousses des transports, les visions épuisantes de paysages inconnus ou oubliés, les repas rituels, les émotions de la spiritualité partagée. Il s'agissait de participer au rite d'une communion offerte à tous les Dieux par l'intermédiaire d'une petite fille elle-même d'extraction divine. Rosa eut la constance d'assister la petite victime toute la nuit précédant le sacrifice.

Le monde des invités, Divins et humains, se rassemble et converge vers le Temple où doit avoir lieu le sacrifice.
Devant le lutrin, trois hommes debout chantaient d'une voix pleine. Ils prolongeaient indéfiniment les syllabes, éternisant les A avec des râles indéfinis que le serpent soutenait de sa note monotone poussée sans fin, mugie par l'instrument de cuivre à large gueule. La voix pointue d'un enfant donnait la réplique et de temps en temps un prêtre se levait, bredouillait quelque chose et s'asseyait de nouveau, tandis que les trois chantres repartaient, l'œil fixe sur le gros livre de plain-chant ouvert et porté par les ailes déployées d'un aigle de bois monté sur pivot. La foule prosternée appelait Dieu; les enfants défaillaient d'une anxiété démesurée. Le prêtre engendrait le corps de Dieu. Le miracle allait se produire une fois de plus. A l'occasion du sacrifice rituel le Dieu caché allait reparaître.
Tous bientôt sanglotèrent, et sur leur tête semblait planer quelque chose de surhumain, une âme épandue, le souffle prodigieux d'un être invisible et tout-puissant.
La présence des chères sœurs venues de loin, Déesse et desservantes, avait suffi a décider le Seigneur a descendre sur le troupeau.

Mais il fallait revenir : les voyageuses reprennent la route et vont réoccuper leur Temple. Les fidèles à qui le temps avait paru long revoient la petite lanterne allumée. Le sacerdoce stérile de l'Eternel Féminin reprend, loin de l'engendrement masculin trop rare du Seigneur.
Tel est le vrai mythe, illustrant la séparation des sexes humains et leur croisement paradoxal dans la création divine ainsi que les oxymores blasphématoires chers au 19ème siècle, qui se cache sous la nouvelle pseudo-naturaliste sordide et narquoise “La maison Tellier” de l'initié Guy de Maupassant.

Claude Champon et Tribune des Athées 29/08/2002



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001