La chronique
   
BONNETEAU (suite)


Le vendredi 30 août 2002, le quotidien gratuit “METRO” publiait page 3 une dépêche AFP intitulée “L'islam dans les programmes scolaires'.

Je cite intégralement:

“PARIS. L'Education nationale s'interroge sur les moyens de “mieux comprendre” et “mieux enseigner l'islam, deuxième religion de France. La première université d'été sur le sujet réunit depuis mercredi, à la Grande Arche de la Défense, 130 enseignants, chefs d'établissements et cadres éducatifs. “On ne peut continuer à négliger l'islam, deuxième religion de France, ni occulter la culture d'origine de tant d'élèves de nos écoles. Cependant attention, il n'est pas question d'enseigner, dans notre système laïque et républicain, une religion ou une autre, mais de connaître et faire connaître un monde qui fait partie de notre culture, de notre patrimoine, de notre histoire”, déclare Dominique Borne, inspecteur général d'histoire, chargé de conclure aujourd'hui les débats.”

De l'art de dire une chose et son contraire. On remarquera dans le texte de la dépêche que la conclusion des débats énoncée par le cadre éducatif cité contredit la première phrase du journaliste, qui n'aura sûrement rien compris ... ou trop bien.

Le raisonnement quantitatif est de rigueur: les musulmans sont nombreux, ils nous ont fait bien peur le 11 septembre 2001, donc ils méritent le respect et le soutien. C'est un aveu un peu surprenant qu'il faille alors apprendre à l'école “un monde” qui d'un seul coup ferait partie de notre culture, de notre patrimoine, de notre histoire. De qui se moque-t-on ? N'est-on pas en train de réécrire l'histoire ?

Mais aussi à ce compte, comme la première religion pour le coup de la très grande majorité des habitants de ce malheureux pays est l'astrologie, il est nécessairement urgent de “mieux comprendre” cette ineptie et d'en imposer l'enseignement à l'école : “On ne peut continuer à négliger l'astrologie, première religion de France, ni occulter la culture d'origine de tous les élèves de nos écoles... air connu qui peut accompagner toutes les chansons de la démagogie et de l'opportunisme.

Le naturisme à ce compte là où l'usage des drogues, les raves et autres techno-parades sont aussi pas mal pratiqués : il faut les “mieux comprendre” et les “mieux enseigner” et ainsi de suite. Le Ministère qui s'appelle aujourd'hui, on l'aura remarqué, Ministère de la Jeunesse et de l'Education n'aura donc pas de tâche plus urgente que de déférer à tous les vœux et à toutes les pulsions manifestées par les "jeunes” pris dans la tourmente des angoisses et des consommations contemporaines.

Si le nombre fait foi et la foi loi, alors que l'on sache bien qu'il n'y a, rien qu'à Paris ville, pas moins de 500 escrocs, pardon marabouts africains (estimation dans “Le Parisien” du 31/08/2002), soit largement autant que de curés, pasteurs ou autres rabbins. A quand le maraboutisme qu'on ne peut continuer à négliger, etc ... à l'école publique ?

Il est également nécessaire que l'école publique resserve leur “culture d'origine” a des jeunes, notamment des filles, qui viennent précisément y contourner les injonctions dés pères et des grands frères ... Il faudra également lutter contre le sexisme ; comprenne qui pourra

Claude Champon et tribune des Athées 31/08/2002



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001