La chronique
   
Ce que les religions ex-concordataires en France n'ont jamais réussi, l'islam, avec l'aide du gouvernement actuel, peut prétendre l'atteindre et le dépasser: un statut “démocratique” de communauté transnationale à l'intérieur de la République !


Reprenons dans l'ordre chronologique :

- M. Sarkozy a obtenu en force la constitution de la C.O.M.O.R. (Commission d'organisation de la consultation des musulmans de France). Loin d'être “objective” cette commission a déjà opéré une certaine sélection des organisations musulmanes. On est forcé de constater qu'en sont sortis la “Coordination des musulmans de France”, explicitement favorable à un islam “démocratique et respectueux des valeurs de la République”, et la seule femme primitivement désignée, madame Fekar-Lambiotte. Ça commence bien. En revanche une grande place est laissée à l'Union des organisations islamiques de France”, branche française des “Frères musulmans” ... mouvement interdit dans la plupart des Etats arabes et dont le seul soutien. financier puissant, est l'Arabie saoudite.

Le 21 décembre 2002 des nervis de I'UOIF attaquaient physiquement le président de la CMF, qui a porté plainte, ainsi que celui du “Tabliqh”, mouvement missionnaire musulman.


- On sait bien que le résultat et la valeur des élections dépendent beaucoup de ceux qui les organisent et comment.
À ce propos des questions se posent : les élections des 6 et 13avril d'où sortira le C.F.C.M. (“Conseil français du culte musulman”) s'effectueront au premier tour dans les 1500 mosquées du pays. Il faudra donc des bureaux de vote, un code électoral et surtout des listes d'identité par mosquée et à la limite une liste nationale religieuse pour éviter les doublons et les bourraqes d'urnes. Mais un tel “fichage” ne serait-il pas illégal ? La Commission Informatique et Liberté sera-t-elle consultée ? Un musulman en voyage pourra-t-il voter ailleurs que dans sa mosquée de rattachement ? Où voteront les musulmans dépourvus de mosquées, voire de lieux de culte ? Le vote sera-t-il personnel. Secret ? familial ? les femmes voteront-elles ?


- Les représentations des autres religions regroupées par Napoléon 1er auprès de l'Etat n'ont aucun caractère démocratique reconnu. Les juifs et les protestants s'arrangeant entre eux. C'est leur cuisine interne. Quant aux évêques catholiques qui n'ont jamais été élus par personne, quand ils rendent officiellement visite au ministre de tutelle, ils ne craignent pas de défiler derrière ... le nonce apostolique, c'est-à-dire l'ambassadeur et représentant d'un Etat étranger.


Avec cette consultation les cinq millions de fidèles musulmans en France, français ou non, bénéficieraient d'un statut nouveau et incomparable de démocratie reconnue ! Quand on pense qu'aucun pays arabo-musulman ne connaît la démocratie. on aurait ainsi une démonstration à front renversé: De même que la France a une “politique arabe” (assez brouillonne puisqu'elle consiste à désarmer l'Irak avant que les Etats-Unis ne l'attaquent …) de même elle aurait une politique musulmane oui consisterait à asseoir la démocratie sur la nouvelle et deuxième religion du pays. Et à l'heure où l'abstention électorale atteint des sommets ce serait donc une motivation religieuse qui raviverait notre vieille démocratie fatiguée. réglant de facto dans la foulée la question du “vote des étrangers”. On croit rêver. Et qui manipule qui ?


Claude Champon et Tribune des Athées 25/02/2003



ACCUEIL | PRESENTATION | MANIFESTE | AVIS AUTORISES | LES ATHEES | STATUTS |
CHRONIQUE | ACTUALITE | RUBRIQUE LITTERAIRE | LA TRIBUNE | ARCHIVES | ACTIONS | BOUTIQUE |
CARNET D'ADRESSES | ADHESION-CONTACT |

Copyright © Union des Athées 2001